« May 2005 | Entrada | July 2005 »

June 20, 2005

My Grandparents, My Parents, and I (Family Tree)

kahlo_map.jpg

Frida Kahlo (1907-1954)
Óleo e têmpera em metal (30.7 x 34.5 cm).
Museu de Arte Moderna, Nova Iorque.
Doação de Allan Roos, M. D., e B. Mathieu Roos, 1976.

Publicado por VB às 10:01 PM

Une médecine de proximité... et de qualité pour l’Afrique

Sardan.gifPar Jean-Pierre Olivier de Sardan
Directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et à l’IRD (Lasdel, Niamey, Niger).

La santé est une des grandes victimes des années de l’ajustement structurel en Afrique. La déliquescence des Etats et le manque de moyens ont déstructuré un secteur où les besoins sont criants, notamment face aux maladies tels le paludisme et le sida. Démoralisés et paupérisés, les médecins ne sont pas toujours en mesure de faire face aux demandes des patients. Pourtant, les Africains ne rejettent pas la médecine moderne, mais ils en attendent davantage de résultats et de chaleur humaine.

Les données épidémiologiques relatives au continent africain (lesquelles sont très incomplètes, et loin de la vérité) décrivent des taux de mortalité nettement plus élevés que sur le reste de la planète. Cela ne concerne pas seulement des pathologies spécifiques comme le sida ou le paludisme, sur lesquelles les médias se sont focalisés, mais beaucoup plus généralement une situation sanitaire globale qui reste catastrophique, même si quelques progrès ont été accomplis ces dernières décennies. La rougeole ou l’accouchement, par exemple, tuent chaque année des centaines de milliers d’enfants ou de mères, qui, dans les pays du Nord, auraient survécu sans problème.
Deux grands facteurs explicatifs, l’un économique, l’autre culturel, sont en général invoqués. D’une part, la trop faible couverture sanitaire du monde rural, l’insuffisance des moyens humains et financiers, la pénurie régnant dans les formations sanitaires, en un mot le sous-développement entendu comme un manque cruel de moyens et de financement, sont responsables de toutes ces morts techniquement évitables dans d’autres contextes économiques. D’autre part, la culture locale est incriminée, en ce que des coutumes, des habitudes ou des représentations et pratiques populaires, voire l’ignorance des populations, dissuaderaient les malades de se rendre à temps dans les structures de santé, par un recours excessif aux traitements dits « traditionnels » ou aux guérisseurs.
A ces deux facteurs incontestables s’en ajoute un autre, dont on ne parle presque jamais publiquement, mais qui a, lui aussi, de lourdes responsabilités : les comportements inappropriés d’une grande partie des personnels de santé, leurs manquements à la déontologie, leur mépris des malades (1). Humiliation, racket, négligence, rapacité, « je-m’en-foutisme », violence, absentéisme, démotivation, philosophie du « chacun pour soi » : tous ces maux, liés à un contexte économique et social particulièrement dégradé, sont dénoncés par les usagers (« On ne nous regarde même pas » et « les personnels de santé ne pensent qu’à l’argent ») et par certains professionnels lucides.
Certes, on rencontre aussi, dans les dispensaires ou les maternités, des personnels de santé compétents, honnêtes, consciencieux, aimables. Mais ils sont marginalisés. Dans de telles conditions, la sous-fréquentation des structures publiques de soin, les fuites fréquentes des malades, la non-observance des prescriptions sont directement reliées à cette médecine quasi vétérinaire délivrée dans le système de santé officiel, aussi bien à Niamey qu’à Abidjan, à Dakar qu’à Bamako ou à Conakry.
Et pourtant, ce n’est pas la médecine moderne en elle-même que rejettent les populations En témoigne le succès des « pharmacies par terre », autrement dit des étals ou du colportage de médicaments modernes (mais venant de contrebande, de fraudes ou de contrefaçons), comme la prolifération spectaculaire des « cabinets médicaux » privés, informels, tenus par un infirmier en activité (en dehors des heures de service, mais aussi souvent pendant) ou à la retraite. De même, en ville, les accouchements à domicile, avec l’aide d’une sage-femme, ou dans la « salle de travail » clandestine de celle-ci, sont fréquents.
Dans ces divers cas, une proximité non seulement physique, mais aussi sociale, est recherchée, instaurée, pratiquée, entre soignants et soignés. Le colporteur vous vend à l’unité, devant votre porte, le paracétamol ou la Nivaquine systématiquement prescrits ailleurs dans les dispensaires au cours de consultations expéditives obtenues après une longue perte de temps ; en outre, il vous conseille, dans un langage familier, quotidien, sur ce qu’il faut prendre en cas de diarrhée, de maux de ventre ou d’impuissance...
Certes, ce type de soins de proximité, en milieu urbain, pour laquelle la demande est très forte, n’est pas une médecine de qualité, il s’en faut. Les médicaments frelatés ou périmés des colporteurs ne sont guère à conseiller pour qui peut se permettre d’aller payer à la pharmacie les 10 000 francs CFA (15 euros) de médicaments portés sur une ordonnance. Les quelques prescriptions et injections standardisées qui vous attendent dans l’arrière-cour d’un vieil infirmier nostalgique des recettes coloniales ne valent certes pas la consultation coûteuse d’un médecin spécialiste d’une clinique privée réputée. Mais, au moins, on fait attention à vous à peu de frais, on vous écoute, on vous parle et on vous rassure, avec vos mots familiers et dans votre langue, on vous donne un « remède » pas cher qui portera vos espoirs et soulagera parfois vos symptômes.
C’est évidemment du côté d’une médecine qui soit simultanément de qualité et de proximité (sociale comme géographique) qu’il faut se tourner, centrée sur le malade et guérissant la maladie. Ni les personnels paramédicaux, moins encore les secouristes et les matrones, ne sont en mesure de l’assurer massivement. L’avenir semble être du côté d’un véritable quadrillage du pays par des médecins généralistes, associé à des formes mutualistes permettant l’accessibilité financière au plus grand nombre. Hélas, on en est fort loin : les médecins acceptant de quitter la ville ou même de s’installer dans les quartiers populaires ou périphériques sont rarissimes.
De même, l’absence quasi généralisée de toute forme de sécurité sociale favorise systématiquement le secteur informel à bas prix et de faible qualité face au secteur formel privé ou public. La généralisation du recouvrement des coûts, imposée par les bailleurs de fonds dans les formations sanitaires publiques, a transformé celles-ci en centres de soins payants : pas d’argent, pas de soins.
Le problème est que, dans aucun pays africain, malgré les grandes déclarations, la santé publique n’est en mesure de promouvoir la réforme radicale nécessaire, car elle n’est pas, dans les faits, une priorité nationale, et qu’elle se caractérise partout par une incohérence et une cacophonie spectaculaires. Les élites locales (qui elles-mêmes se soignent dans des cliniques privées ou à l’étranger) se déchargent largement sur les organisations internationales, les coopérations bilatérales et les organisations non gouvernementales (ONG) ou les institutions caritatives ou confessionnelles du Nord. La santé publique souffre particulièrement de la déliquescence des Etats (2), dont les programmes d’ajustement structurel associés aux politiques libérales sont une des causes principales.
Les ministères de chaque pays se contentent de suivre les changements successifs d’orientation dictés par les institutions internationales (nombreux depuis quarante ans) et les réorganisations des flux financiers qui les accompagnent : soins de santé primaires dans les années 1970, recouvrement des coûts des années 1980, réorganisation de la pyramide sanitaire des années 1990, réformes hospitalières aujourd’hui, sans compter les multiples opérations verticales que les bailleurs de fonds impulsent régulièrement autour de pathologies « à la mode » : les journées nationales de vaccination de l’Unicef ou les diverses actions contre le sida en sont emblématiques, sans parler des multiples lobbies et aides liés à telles ou telles pathologies spécifiques moins connues (bilharziose ici, drépanocytose là, lèpre ailleurs, noma dans cette zone, onchocercose dans cette autre, etc.).
De ce fait, les réformes véritables de la qualité des soins de proximité, autrement dit sur la « ligne de front », dans les interactions quotidiennes entre malades et personnels de santé, sont la portion congrue des politiques publiques en la matière. De plus, ce déficit de santé publique là où celle-ci serait indispensable, au carrefour de la proximité et de la qualité, s’assortit d’un excès de santé publique ailleurs, là où elle est peu efficace, dans les séminaires, les administrations, les bureaucraties, les colloques et les organigrammes.
De fait, la santé publique devient pour les médecins africains la voie royale pour quitter les soins et être recrutés par des « projets de développement » ou par des organisations internationales (voyant ainsi leurs salaires et avantages multipliés par 5 ou 10), ou, au minimum, par l’administration de la santé (là, devenus bureaucrates, ils feront des rapports et toucheront des « péages »).
Par là même, nombre de médecins cliniciens, et souvent parmi les meilleurs, quittent sans cesse la pratique thérapeutique, autrement dit le lieu où ils seraient le plus utiles, pour une spécialisation en santé publique, à l’issue de laquelle ils parleront sans cesse de réformes aux autres sans jamais les mettre en œuvre eux-mêmes.
Dans ces deux domaines stratégiques que sont la médecine de quartier (ou de village) et la mutualisation des risques, les expériences restent beaucoup trop rares et ponctuelles, comme l’installation de médecins ruraux ici, la création de mutuelles là, la mise en place d’un forfait obstétrical ailleurs (3), sans toutefois qu’un véritable bilan de ces expériences sur le moyen terme ait été effectué (après que le « projet extérieur » ayant impulsé l’expérience soit parti). On est donc encore fort éloigné d’une possible généralisation de ces expériences, ou d’autres analogues, autrement dit d’une politique nationale réformatrice.

Hôpitaux engorgés et dysfonctionnels
Diverses raisons historiques expliquent cette absence dramatique d’une médecine à la fois de proximité (et donc proche humainement autant que spatialement) et de qualité (garantissant autre chose que les consultations expéditives et les ordonnances standardisées qui sont aujourd’hui le lot commun). La première est l’héritage colonial, avec, pour l’essentiel, une médecine militaire centrée sur la lutte contre les grandes endémies (et qui fut efficace en ce domaine), ne formant qu’un personnel auxiliaire sous-qualifié agissant de façon expéditive (4).
La seconde renvoie aux débuts des indépendances, où l’on s’est focalisé sur les hôpitaux des capitales, autrement dit des structures bureaucratiques à la fois lourdes et coûteuses, mais dépourvues des moyens techniques et des compétences propres aux structures occidentales correspondantes. La troisième renvoie à l’absence de priorité nationale accordée à la santé, à des formes de gestion incohérentes et non rigoureuses de l’Etat en général et de la santé en particulier, et aux changements incessants de cap des bailleurs de fonds.
La médecine postcoloniale s’est construite sur la base de modèles importés de l’extérieur, reposant localement, d’une part, sur des infirmiers fonctionnarisés jouant partout un rôle de médecins (diagnostic et prescription) auquel ils n’étaient pas formés et dont ils n’avaient pas les moyens, et, d’autre part, autour d’hôpitaux urbains engorgés et dysfonctionnels avec leurs nouveaux mandarins plus préoccupés de leur statut que de l’efficacité de leur service. Le tout au sein d’une fonction publique de plus en plus dégradée et dévalorisée, de moins en moins au service de l’usager, mais au contraire vivant à ses dépens.
En ce sens, l’absence à peu près totale d’une médecine qui soit à la fois proche, humaine, accessible et de qualité est l’un des plus grands scandales de notre époque, et un défi majeur qu’il est urgent de relever.

(1) Cf. Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan, Une médecine inhospitalière. Les difficiles relations entre soignants et soignés dans cinq capitales d’Afrique de l’Ouest, Karthala, Paris, 2003.
(2) Cf. Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Dramatique déliquescence des Etats en Afrique », Le Monde diplomatique, février 2000, pp. 12-13.
(3) Cf. respectivement Brunet-Jailly (sous la dir.), Innover dans les systèmes de santé. Expériences d’Afrique de l’Ouest, Karthala, Paris, 1997 ; Bart Criel, A. Noumou Barry et F. von Roenne, Le Projet Prima en Guinée-Conakry. Une expérience d’organisation de mutuelles de santé en Afrique rurale, IMT, Anvers, 2002.
(4) Cf. Jean-Paul Bado, Médecine coloniale et grandes endémies en Afrique, 1900-1960. Lèpre, trypanosomiase humaine et onchocercose, Karthala, Paris, 1996.

Publicado por VB às 12:05 AM

June 07, 2005

Woman's Weekly: Medicare plan fails

By Michelle Kline
In Campus Times Online, Thursday, April 21, 2005
Paradoxes come in all varieties and magnitudes and are a part of nearly all facets of day-to-day living.
For example, how is it possible that not all of my black tops will perfectly match the color of my black pants? Isn't all black the same?
However, forget for a moment that these inexplicable blips appear to defy all common sense and make an attempt to reason away one paradox in particular - the Bush administration's views on sex.
It would stand to reason that Bush and his gang would like to criminalize sex before marriage.
At least, that is the most logical conclusion that I can draw from their move to increase the budget for abstinence-only sexual education, along with their push for decreasing the number of abortions currently administered for unwanted pregnancies.
Nevertheless, at the same time that they are promoting abstinence and warning off abortions, the administration has deemed Viagra, along with similar drugs, to be worthy enough to gain coverage under Medicare's new prescription benefit plan.
Granted, most people eligible to receive Medicare are over the age of 65 and past childbearing age.
However, the bulk of the inconsistency comes into focus when examining other health insurance plans and Medicaid, programs that cover younger adults.
The reason for this is that the U.S. Department of Health and Human Services now requires all state Medicaid programs to include Viagra when covering prescription drugs.
Yet, they are not required to cover any methods of birth control or fertility treatments for women. Therefore, most of them do not.
The more logical step to take here would be to have all Medicaid programs cover birth control, as well as Viagra.
Unless they take this step, their new message to adults, both young and old, will be to have sex and to make babies, without being fully mature and prepared for the consequences.
This is not to say that those suffering from erectile dysfunction should not have easy access to Viagra.
n fact, all people should have the equal opportunity both to have sex and to be safe when having sex.
So yes, let the government make Viagra more available to men, but let it also promote all forms of birth control, in the sexual education class at high schools, in our health insurance plans and at the drug stores.
Our current government lives in a separate reality all of their own, in a world where the only people using Viagra will be old, married men and where nobody is having sex before marriage.
If life really were like this, there would not be such an urgent necessity for cheap birth control pills to prevent unwanted pregnancies or for abortions that are not life-threatening for the mother.
Living in an alternate reality must be the answer to this particular paradox.
How else could one explain each step taken by the Bush administration to simultaneously promote Viagra and abstinence, while attempting to limit birth control availability and to denormalize abortions?

Publicado por VB às 11:26 PM

June 05, 2005

Humanism, Female Education, and Myth: Erasmus, Vives, and More's To Candidus

By A. D. Cousins
Personal Chair at Macquarie University
In THE JOURNAL OF THE HISTORY OF IDEAS 65.2 (2004) 213-230.

When considering pleasure and chance as aspects of human experience, Thomas More sometimes gendered them female; that is to say, at times he represented them by drawing from the mythographies of Venus and of Fortune. But what did he suggest that actual women, as distinct from goddesses, were or should be or might become: what were his notions of being a woman, of femaleness? Further, what did he suggest that women might contribute to the common weal? A useful way to start answering that question is to look at what More seems to have thought about educating women: in particular, women who were entering adult life—entering into what was agreed to be the major female role—by marrying for the first time and therefore newly taking upon themselves the management of a household. In one of his most ambitious Latin poems, as nowhere else, More wrote elaborately, concisely and problematically on the education of women who were in just those circumstances. My discussion attempts a repositioning of that poem, To Candidus: How to Choose A Wife A Poem in Iambic Dimeter Brachycatalectic (Versvs Iambici Dimetri Brachycatalectici ad Candidvm, Qvalis Vxor Deligenda). To make the attempt involves examining More's other Latin poems on women, as would be anticipated; however, I am mainly concerned here with affinities between To Candidus—then, to a lesser extent, some of More's associated Latin poems—and notions about female education that were or were to become part of the already long, and mostly male, debate about the nature of femaleness (1). To be specific, I am chiefly concerned with affinities between More's poem and writings by Erasmus and by Vives on the education of prospective or of recent brides.

1. Reference to the Latin verse is from Latin Poems, eds C. H. Miller, et al., The Yale Edition of The Complete Works of St. Thomas More (New Haven, Conn., 1984), III, 2. That edition is hereafter cited as CW III, 2. In connection with the early modern debate about women, and their education, see (among many commentaries, others of which are cited in the notes below): I. Maclean, The Renaissance Notion of Woman: A Study in the Fortunes of Scholasticism and Medical Science in European Intellectual Life (Cambridge, 1980); L. Woodbridge, Women and the English Renaissance: Literature and the Nature of Womankind, 1540-1620 (Urbana, Ill., 1984), especially at 18-48; A. Blamires (ed.), Woman Defamed and Defended An Anthology of Medieval Texts (Oxford, 1992); O. Hufton, The Prospect Before Her: A History of Women in Western Europe Volume One 1500-1800 (New York, 1995); P. J. P. Goldberg, "Women," in R. Horrox (ed.), Fifteenth-Century Attitudes Perceptions of Society in Late Medieval England (Cambridge, 1996), 112-31; A. Laurence, Women in England 1500-1700 (1994; rpt. London, 1996). The best reading that I know of More's To Candidus is P. J. Benson's, in her The Invention of the Renaissance Woman: The Challenge of Female Independence in the Literature and Thought of Italy and England (University Park, Penn., 1992), 158-66. Subsequently I cite her book as Benson. In my discussion I have especially taken into account M. Bevir's The Logic of the History of Ideas (Cambridge, 1999), 174-220 and Q. Skinner's Visions of Politics (3 vols., Cambridge, 2002), I, Regarding Method, 57-89.

Publicado por VB às 11:00 PM