janeiro 27, 2006

"S'il te faut"


Zagreb - Jan 06

Tu n'as rien compris // S'il te faut des trains / Pour fuir vers l'aventure / Et de blancs navires / Qui puissent t'emmener / Chercher le soleil / À mettre dans tes yeux / Chercher des chansons / Que tu puisses chanter // Alors s'il te faut l'aurore / Pour croire au lendemain / Et des lendemains / Pour pouvoir espérer / Retrouver l'espoir / Qui t'a glissé des mains / Retrouver la main / Que ta main a quittée // Et alors s'il te faut des mots / Prononcés par des vieux / Pour justifier / Tous tes renoncements / Si la poésie pour toi / N'est plus qu'un jeu / Si toute ta vie / N'est qu'un vieillissement // Alors s'il te faut l'ennui / Pour te sembler profond / Et le bruit des villes / Pour saouler tes remords / Et puis des faiblesses / Pour te paraître bon / Et puis des colères / Pour te paraître fort // Alors alors / Tu n'as rien compris

Jacques Brel - "S'il te faut" (1955)

Publicado por m. em 10:05 AM | Comentários (0)

janeiro 09, 2006

A propósito

de outro poema do mesmo autor:

A minha boca é uma chaga
O meu trabalho é silêncio
Eu e a noite dormimos juntos
e nunca dormimos

Ory, C. E. (1997). "Poema", in Helder, H. (Org e trad.), "Doze Nós Numa Corda". Lisboa: Assíro & Alvim. (p.40)

Publicado por m. em 08:15 PM | Comentários (0)